Santé numérique : Quand la gestion des données fait faire des pas de géant à la recherche en santé

De nouveaux ponts s’ouvrent aujourd’hui entre la santé et le numérique, notamment à la faveur de la pandémie de Covid-19. Dotée d'un savoir-faire historique en santé et d'un écosystème numérique dynamique et solidaire, c'est en toute logique que la métropole nantaise, en lien avec son incubateur public Atlanpole, voit aujourd'hui éclore les startups et les projets en santé numérique, mixant bigdata, télémédecine et intelligence artificielle. Tour d'horizon de 5 startups nantaises qui oeuvrent en santé numérique : Bio Logbook, Divoluci, Octopize, Hera-Mi et Weliom


La santé numérique ou e-santé combine les 3 domaines de la télémédecine, de l’intelligence artificielle et de la numérisation des données pour améliorer le quotidien professionnel des médecins et aides-soignants et le traitement des patients.

  • La télémédecine

Les difficultés à se rendre dans un cabinet médical durant la pandémie de la Covid-19, du fait des restrictions imposées, ont une fois de plus mis en exergue la nécessité de la télémédecine. Certes, la téléconsultation n’est pas vouée à remplacer le médecin, mais elle permet une communication numérique entre le médecin et le patient, à l’aide de moyens modernes : du recours aux capteurs, des techniques d'imagerie ainsi que l’internet rendent la consultation médicale possible, du diagnostic à la rééducation en passant par la thérapie et le suivi patient. Nantes compte plusieurs acteurs dans ce domaine, à l’instar de la startup DirectoSanté ou de Doctolib qui y a installé son 2nd pôle français en 2019.

  • Une gestion numérisée de la santé

La numérisation des données et processus de santé dans les hôpitaux, cliniques, cabinets ou laboratoires favorise largement le diagnostic et le traitement. Les patients peuvent être mieux examinés, avec plus de rapidité et avant tout plus d'efficacité, et être par la suite soignés de manière adéquate. A Nantes, le professeur Pierre-Antoine Gourraud a initié la clinique des données en juin 2019. Cette organisation des données permet d’améliorer les soins prodigués aux patients, ou peut servir à des fins de recherche (Entretien à lire). Dans la lutte contre la pandémie de la Covid-19, l’application Argos a permis de suivre l’évolution de l’épidémie dans la région, et d’en prédire les tendances grâce à l’intelligence artificielle. Originaire de Nantes, la startup Octopize Mimetik Data utilise aussi l’IA pour rendre anonymes les données personnelles de santé.

  • Les combinaisons de l’intelligence artificielle (IA)

Le recours à l’intelligence artificielle permet de simplifier des processus complexes, mais aussi de dresser des prévisions dans les tendances. Dans la crise de la Covid-19, l’IA contribue à anticiper les courbes d’évolution de la pandémie par exemple. Combinée à la numérisation des données, le recours à l'intelligence artificielle permet d'améliorer et d'accélérer l'analyse de ces données.


5 startups nantaises de la santé numérique

Bio Logbook prédit les maladies grâce à l’intelligence artificielle 
Bio Logbook utilise l’intelligence artificielle, le big data et l’analyse statistique pour étudier l’évolution de la santé d’un patient à l’intérieur des valeurs seuils de référence. Via des millions d’algorithmes et de mesures analysées, la méthode Bio Logbook peut ainsi prédire les causes de déséquilibres biologiques précoces en identifiant les carences, la présence d’agents pathogènes, les génétiques spécifiques et les traitements en cours du patient grâce aux résultats de prélèvements sanguins, urinaires et tests génétiques. Cette innovation de rupture permet de mieux comprendre et détecter les maladies complexes ; de prévenir la survenue des maladies chroniques à l’aide d’un diagnostic plus précis et plus rapide.

Concrètement, la méthode Bio Logbook permet de détecter de manière précoce les patients atteints du COVID-19 les plus à risque, grâce à son algorithme prédictif et son logiciel d’aide à la décision, dont elle a été lauréat du fonds européen Covid-X en avril. Bio Logbook (5 personnes) a également été soutenu par le fonds innovation santé de Nantes métropole pour la réalisation d’une étude en data science pour définir les paramètres de biologie influencés par le virus de la Covid19 et le pronostic de l’évolution de la maladie notamment pour améliorer la prise en charge et le suivi des patients.


Octopize anonymise la donnée

Créée en mai 2018, Octopize Mimethik Data utilise l’intelligence artificielle pour rendre anonymes les données personnelles sensibles en recréant des avatars d’individus. Ces jeux de données constituent une mine de données pour les chercheurs et l’industrie pharmaceutique et offrent de nouvelles opportunités pour l’épidémiologie et la médecine prédictive. La solution d’Octopize Mimethik Data est déjà utilisée par le CHU de Nantes au sein de la clinique des données et dans le projet européen HAP2, et dans l’industrie pharmaceutique.
Les données anonymisées ont aussi l’avantage de pouvoir être conservées sans durée de détention. Labellisée deeptech par Bpifrance, la société qui compte 10 salariés prévoit 6 recrutements en 2021 et travaille actuellement à une levée de fonds, afin d’accélérer son développement.

Divoluci facilite le parcours de soin

En répondant à une scénario de questions sur la plateforme de Divoluci, un médecin, un pharmacien ou une infirmière libérale peut estimer une pathologie et son degré d'urgence et orienter le patient vers le bon service hospitalier. Le cas du patient est automatiquement enregistré et transmis numériquement avec la préqualification de sa pathologie dans le service destinataire, sans passer par les urgences.
Son concepteur, Ludovic Korchia, lui-même médecin généraliste a imaginé cette application en 2017 pour faire face à l'engorgement des urgences. plateforme Divoluci (5 personnes) a été expérimentée par exemple par l’ARS lors d’une épidémie de bronchiolite afin d’orienter aux mieux les nourrissons et a permis de désengorger les urgences pédiatriques. Une expérience réitérée dans le cadre de l’épidémie de Covid-19. Elle peut aussi être utilisée aussi pour les pathologies aiguës et les soins non programmés : problème cardiaque, douleurs abdominales, perte de la vue, maux de tête brutaux, vertiges, sciatique paralysante...300 à 400 pathologies ont été inventoriées. Au total, la plateforme totalement sécurisée est en capacité de gérer jusqu'à 4000 nouveaux cas par jour.

Herami traite le cancer du sein grâce à l’IA

Startup emblématique du dynamisme de la e-santé nantaise, Hera-MI est spécialisée dans le développement de solutions basées sur l’intelligence artificielle pour la détection précoce du cancer du sein. La solution développée, Breast-SlimView, vise à assister les radiologues dans leur diagnostic de détection du cancer du sein. Pour cette solution, Hera-MI est la première et, à ce jour, la seule entreprise en France à avoir obtenu, en février 2020, la certification CE concernant un logiciel d’aide à la décision en mammographie 2D et 3D.


WELIOM conseille les organisations de santé sur leur stratégie numérique

WELIOM est un cabinet de conseil dédié à la transformation des organisations de santé. Installé à St-Herblain, en périphérie de Nantes, ce cabinet compte plus de 1000 clients (hôpitaux, cliniques, EHPAD, ESPIC, centres médico-sociaux…) dans toute la France à qui il fournit des conseils en termes de stratégie numérique, de systèmes d’informations, de cybersécurité et de conformité. WELIOM intervient également sur l’aide aux choix et au déploiement de solutions métiers et sur la réorganisation des structures de santé. Porté par la modernisation du système de santé engagée par l’Etat, WELIOM connaît une forte croissance (20% par an) et vient de faire entrer BPI à son capital en ce début d’année. De nombreux recrutements d’ingénieurs systèmes d’information et de qualiticiens sont prévus pour l’année 2021 pour venir renforcer l’équipe qui compte plus de 50 collaborateurs en France.


Découvrir les autres articles du Dossier Santé numérique :

- "Notre clinique des données intéresse beaucoup les autres hôpitaux français", estime Pierre-Antoine Gourraud, professeur au CHU de Nantes

- La startup THIRD va produire un stéthoscope connecté à Saint-Nazaire

- La startup Humapro lance l'application Keevo pour faire rimer santé au travail et performances économiques

- Tromp Medical reconditionne les équipements d'imagerie médicale