30 entrepreneurs parisiens à la découverte de l'écosystème de Saint-Nazaire

Une trentaine d'entrepreneurs parisiens ont répondu présents à l'invitation de Nantes Saint-Nazaire Développement mardi 28 juin sur la péniche Les Maquereaux en bord de Seine pour une présentation des filières économiques et de la qualité de vie de Saint-Nazaire/Pornichet.


Etes-vous prêts à changer de point de vue sur Saint-Nazaire ? Territoire d'innovation et d'énergie collaborative, les acteurs économiques de Saint-Nazaire pour expliquer, à un parterre d'entrepreneurs parisiens, désireux de quitter la capitale, la transition entre un héritage industriel riche et une innovation technologique portée vers la transition écologique, incarnée par les dynamiques réseaux de la FrenchTech Saint-Nazaire La Baule ou Neopolia

"70% du chiffre d'affaires des industriels réalisés à l'export"

Antoine Adam, chargé d'affaires Industrie à l'agence de développement économique Nantes Saint-Nazaire Développement a présenté la richesse et la grande ouverture sur le monde du tissu industriel de Saint-Nazaire. "Quand on arrive à Saint-Nazaire, on ne peut rater les paquebots (les Chantiers de l'Atlantique), les éoliennes (1er parc éolien offshore de France), les avions (Airbus, 2e pôle de France), les 3 principales têtes de pont de l'industrie du bassin nazairien, ancrées dans le paysage et qui constitue une vraie fierté pour les habitants. Saint-Nazaire est une ville côtière, une ville portuaire, ouverte sur le monde, via son port et ses industries, avec 35.000 emplois industriels sur une population de 70.000 habitants, ce qui en fait la 3e ville industrielle en France derrière Toulouse  et Bordeaux. L'industrie représente 5 milliards de chiffres d'affaires, un montant conséquent pour une ville de taille moyenne, avec 70% de ce chiffre d'affaires qui est réalisé à l'export. Les industriels de Saint-Nazaire travaillent au quotidien avec le reste du monde. Mais la particularité de Saint-Nazaire, c'est la capacité de l'écosystème à travailler ensemble, à monter des projets."


Un territoire à l'énergie collaborative et à impact positif  

C'est pour répondre aux défis de la transition énergétique et écologique que ces 3 secteurs industriels travaillent main dans la main à faire naître des secteurs émergents  comme les nouvelles propulsions dans l'aéronautique (avion à hydrogène) et le transport à la voile. Avec en parallèle, l'écosystème numérique, animé par la FrenchTech Saint-Nazaire/La Baule qui se mobilise pour répondre au défi de la transformation numérique. 

   

"Le Paquebot numérique, nouveau quartier de l'innovation"

L'écosystème numérique de Saint-Nazaire se structure grâce aux actions de la FrenchTech Saint-Nazaire la Baule. Le bâtiment totem qui accueillera tout cet écosystème est en passe d'ouvrir ses portes en septembre. "Véritable petit quartier de l'innovation, le Paquebot numérique sera le lieu phare du numérique et de l'innovation, où se retrouveront tous les acteurs du numérique, avec la présence des étudiants de l'école d'ingénieurs du CESI et des startups qui prendront place dans l'espace de coworking du Spi numérique", a expliqué Thibault Chevallier, chargé de mission entrepreneuriat et numérique pour Saint-Nazaire agglomération. L'animation du lieu est confiée au Blue lab, association de startups et d'entreprises innovantes qui font vivre cet écosystème d'innovation. "L'écosystème de Saint-Nazaire est réputé pour son agilité et sa capacité d'innovation. Ici les carnets d'adresses s'ouvrent très facilement. Nous avons une grande capacité à monter des projets ensemble, avec les grands industriels, a évoqué Damien Henry, directeur du Blue lab qui qualifie le Blue lab comme "un tiers lieu d'innovation et une agence matrimoniale pour entrepreneurs". "La filière tech se structure comme un levier pour la transition de ces industries. "Si cet état d'esprit vous tente, rejoignez la dynamique et venez vous tenter l'expérience ", souligne Elsa Venisse, chargée d'accompagner l'implantation des entreprises numérique à Nantes Saint-Nazaire Développement. 

Autre secteur également en plein essor, le secteur des micro-algues qui mobilise un certain nombre de chercheurs à la pointe de l'innovation à l'Université de Saint-Nazaire.



"Ensemble, nous répondons à des appels d'offres en France et à l'international"

Illustration de ces nouvelles entreprises arrivées dans le sillage du 1er parc éolien offshore français, l'entreprise parisienne Alka Marine qui s'est installée à Saint-Nazaire il y a deux ans. "Alors que nous étions plutôt présents dans le pétrole, nous sommes arrivés à Saint-Nazaire pour intervenir sur le parc éolien, pour aller vers une énergie plus verte et plus responsable, a expliqué Audrie Jordan, en charge du développement de l'entreprise. Nous avons commencé par construire un navire de 30m releveur d'ancre de long sur le parc éolien et un 2e navire pour du transport de personnel, capable de s'approcher au plus près des éoliennes. Et nous continuons d'investir. C'est tout un réseau de sous-traitants qui est présent sur le territoire. Grâce aux Chantiers de l'Atlantique, nous bénéficions de tout ce tissu industriel et de leurs compétences qui permettent d'entretenir nos navires, de les modifier. Au-delà, nous venons de lancer le projet Pixel, un projet R&D collaboratif avec deux sociétés proches de Nantes, pour permettre l'accélération des projets d'éoliennes en mer". Une catalyse des projets industriels qui est en grande partie imputable à l'action de Neopolia qui fédère 240 entreprises. "Ensemble, nous répondons à des appels d'offres en France et l'international, pour des projets d'éoliennes en mer et dans les Energies marines renouvelables, avec une très forte collaboration entre petites et grandes entreprises". 

"Le collaboratif, c'est le quotidien de Third"

Third illustre bien la collaboration qui existe entre startups et grandes entreprises. "Le collaboratif, c'est le quotidien de Third, a exprimé Maxime Mahé fondateur de la startup Third, spécialisée dans l'impression 3D, née pendant la crise Covid. Nous travaillons régulièrement avec Airbus sur leur outillage de conditionnement, des produits finis pour les Chantiers de l'Atlantique, du prototypage pour la Famat, et plein d'autres entreprises plus modestes comme GepsTechno", bureau d'études spécialisé dans l'hybridation des énergies renouvelables en mer, qui assure notamment la pose notamment les câbles transatlantiques pour Facebook, et a monté plusieurs filières comme Akrocéan qui fait de la mesure en mer grâce à une bouée houlomotrice, en test sur le site SEM REV du Croisic et bientôt le test de l'électrolyse de Lhyfe, leader de l'hydrogène. Third s'apprête à imprimer des mobil-homes de 13m de long pour la startup Izicamp !


Vivre en bord de mer

"C'est assez magique de pouvoir longer la mer tous les matins pour aller au travail", souligne Claire Meigné-Tadduni, en charge de la communication de Third.  "Tous les matins, mon bonheur est de partir en skate emmener les enfants à l'école. Et de s'arrêter le soir à la plage, où l'on retrouve les jeux pour les enfants et les bars de la place du Commando pour les parents", se réjouit Xavier Poirier de l'agence de design immersif Spectrum. "Beaucoup de spectacles  culturels sont testés à Saint-Nazaire, pour sa caractéristique de ville moyenne. Il y a ici une énergie culturelle incroyable sur un rayon de 10mn", se félicite Claire Meigné-Tadduni. Saint-Nazaire, c'est aussi la ville des sports nautiques notamment avec une palette complète du kitesurf, padel, à la base de voile en ville pour petits et grands.