Transport à la voile : le voilier Grain de Sail boucle sa 1ère transat à Nantes & Saint-Nazaire

Le voilier Grain de Sail arrive à Nantes mercredi 17 février avec 33 tonnes de cacao dans ses cales pour un débarquement à Saint-Nazaire, port en capacité d'enregistrer des produits biologiques.

Initialement lancé dans la torréfaction de café et la production de chocolat, Grain de Sail (basée à Morlaix) décide, en 2018, de faire construire son propre voilier cargo destiné à lui permettre de transporter ses matières premières d’un côté à l’autre de l’Atlantique de manière plus respectueuse de l’environnement. C’est ainsi que Grain de Sail est né : le 1er voilier cargo moderne de transport de marchandises, répondant tout à la fois aux normes Marine Marchande et voile professionnelle. Issu des chantiers Alumarine de Couëron (région nantaise), et construit entièrement en aluminium (léger, solde et recyclable), le monocoque de 24 mètres possède une capacité de chargement de 50 tonnes en cale.

1ère transatlantique pour le transport maritime décarboné

Pour cette 1ère traversée de l’Atlantique, et fidèle à ses engagements de durabilité et de réduction de l’impact du transport maritime sur l’environnement, Grain de Sail a décidé de ne pas voyager à vide. L’entreprise a donc quitté Saint-Malo, en novembre dernier, les cales chargées de 14 000 bouteilles de vins bio français d’exception, destinées au marché américain et déchargées à New-York à l’issue de la 1ère partie du voyage. Après une escale dans les Caraïbes et en Amérique latine, afin d’y récupérer le cacao (et bientôt le café vert), le voilier a repris la mer en direction de Saint-Nazaire, une destination de retour choisie pour répondre aux exigences en matière d’importation de produits biologiques en France. 

La montée en puissance de la filière du transport à la voile à Nantes et Saint-Nazaire

Le transport maritime décarboné fait aujourd’hui partie des filières cibles du territoire de Nantes et Saint-Nazaire. En effet, le territoire dispose d’un écosystème dynamique sur le secteur, composé tout à la fois de startups et industries navales traditionnelles (Airseas et les Chantiers de l’Atlantique...), et d’un écosystème complet (Neopolia, PASCA et le futur Technocampus SupplyChain durable, les pôles de compétitivité Mer Bretagne Atlantique et EMC2, l’IRT Jules Verne, l’association WindShip, une force académique différenciante (Centrale Nantes, Université de Nantes, ENSM…).

On estime ainsi que 50% des technologies véliques développées en France le sont à Nantes et Saint-Nazaire. Tour d'horizon : 

- Airseas : Spin-off de la société Airbus, Airseas mise sur la voile pour décarboner le transport maritime.
- Neoline : Basée à Nantes, Neoline souhaite concevoir d’ici 2021 deux cargos rouliers à la voile de 136 m de long et compte déjà des clients prestigieux (Renault, Manitou, Bénéteau, Michelin).
- Zéphyr&Borée : startup créée à Nantes qui envisage de réduire, entre 20% et 50%, les émissions de CO2 des navires et devrait lancer d’ici 2022 un premier trajet-démonstrateur en partenariat avec ArianeGroup.
- La voile Solid Sail : Construite par les Chantiers de l'Atlantique pour propulser le futur plus grand paquebot à voile (Silenseas), Solid Sail est une voile pliable, pouvant atteindre 95m de haut et une surface de 1200 m² avec l'objectif de réduire de 50% les émissions de gaz à effet de serre. Un nouveau prototype sera installé à terre à Saint-Nazaire en 2022.
- Terre Exotique : L’entreprise, qui a rejoint Saint-Nazaire en 2020, commercialise des épices et s’inscrit dans une démarche d’éco-responsabilité. Elle a récemment fait l'acquisition d'un monocoque, un IMOCA de 18 mètres de long pour le transport des épices.
- D-ICE Engineering : Ce cabinet d’ingénierie installé à Nantes, spécialisé en hydrodynamique, intervient sur plusieurs projets à propulsion vélique de la région nantaise.

Un nouveau bâtiment les entreprises du nautisme dans le Bas Chantenay

Pour appuyer et soutenir le développement de ces innovations, et attirer sur leur territoire les acteurs de la filière, Nantes et Saint-Nazaire structurent la filière du transport à la voile. Avec pour ambition de se doter d’une vitrine située autour du projet de l’usine électrique sur le quartier du Bas Chantenay. Sur ce site, la cale de l’usine a vocation à se transformer en pôle économique dédié aux filières maritime et nautique. L’immeuble dédié au nautisme, premier maillon de la transformation du site, se veut ainsi un lieu d’innovation hybride offrant des espaces à la fois de production (ateliers industriels), de travail (bureaux) et de rencontre, sur une surface de près de 6000 m2.