Talents : "Invest in Digital People" favorise la reconversion dans le numérique

En réponse à la pénurie de candidats dans le secteur du numérique, le dispositif "Invest in Digital People" (IDP) fait ses preuves, depuis sa mise en oeuvre à Nantes en 2020. Objectif : aider les demandeurs d’emploi à réussir leur reconversion. La deuxième édition est en cours.

La première édition du dispositif "Invest in Digital People" à Nantes a été mise sur pied avant le premier confinement au printemps 2020. L’idée était de répondre aux besoins des entreprises en misant sur la formation de demandeurs d’emploi aux profils atypiques, issus d’autres secteurs professionnels. Avec succès, puisque les 13 participants ont intégré une entreprise en CDI à l’issue de la formation en 2020 !

Un dispositif qui joue la carte du collectif

« L’originalité d’Invest in Digital People, c’est que, pour une fois, nous n’étions pas des employeurs en concurrence pour trouver des profils. Bien au contraire, nous étions dans une démarche collective, jusqu’à faire les entretiens de recrutement en binôme avec mes homologues dans d’autres entreprises ! », se réjouit Clémence Chatelard, responsable RH chez U Iris, le GIE de SystèmeU. Autour de la table se positionnent différents partenaires : ADN Ouest pour recenser les besoins en recrutement des entreprises et embarquer un maximum d’entreprises dans le dispositif Invest in Digital People, Pôle Emploi pour réaliser le sourcing des candidats, la combinaison Opco Atlas-Pôle Emploi pour assurer le financement de cette formation, rémunérée pour les demandeurs d’emploi. « Tout au long de 2020, Pôle Emploi a poursuivi ses efforts en matière de formation afin d’être prêts au moment de la reprise économique. C’est pourquoi, nous portons avec force le dispositif régional Invest in Digital People aux côtés d’ADN Ouest, ce qui doit nous permettre de plus et de mieux recruter sur le territoire ligérien et d’accompagner ainsi la filière numérique dans son développement », déclare Stéphane Daniel, directeur de la Production de Service Pôle emploi Pays de la Loire.


Une sélection basée sur la motivation

En février 2020, 64 candidats repérés sur leur savoir-être (la motivation, le sens du service, l’autonomie ou la capacité de travailler en équipe) avaient assisté à la réunion de présentation des entreprises et 54 d’entre eux avaient participé au Job Dating. Sur les 13 « lauréats » retenus, dont deux femmes, 12 ont achevé le parcours de cette formation au métier de développeur JAVA. Sur les profils de ces stagiaires, c’est le grand écart ! Ils avaient de 19 à 47 ans, de non-bachelier à Bac +8… Raphaël Bréart, 36 ans, est issu de la première promo d’IDP. Il est aujourd’hui développeur en CDI chez U-Iris. « Après plusieurs années comme dessinateur dans l’aménagement du territoire à l’étranger, j’ai fait le choix de revenir en France et de changer de métier. Ma conseillère Pôle Emploi m’a parlé de ce dispositif et j’ai réussi les différentes phases de sélection. Après une formation de 400 heures dispensée par l’École Centrale, j’ai intégré, début juin, l’équipe U-Iris. Je ressens une grande patience de la part de mon équipe. Chacun m’aide à monter en compétences et en puissance ».

Un bilan très positif pour l'employeur

Du côté de l’employeur, Clémence Chatelard, le constat est tout aussi positif : « Raphaël apporte un autre point de vue, un regard différent par rapport aux autres profils de l’équipe. Cela fait partie de notre stratégie RH de diversifier les profils dans notre entreprise pour ne pas recruter des clones, tous issus des mêmes formations, avec les mêmes méthodes et raisonnements ». Satisfaite de ce recrutement, U-Iris participe à la deuxième édition qui débutera fin mai, cette fois-ci pour deux postes. Les écoles ENI et EPSI assureront les formations au développement JAVA et au développement Data et de nouvelles entreprises ont souhaité faire partie de cette deuxième édition.


Découvrir les autres articles du dossier "Compétences numériques"

- Emploi numérique : Le sentiment de pénurie se stabilise avec la crise

"Faire connaître les métiers du numérique aux femmes dans les quartiers délaissés"