FAGUO, la marque de mode écoresponsable qui plante des arbres

1ère marque de mode française labellisée « entreprise à mission » et certifiée BCorp, Faguo réduit et compense son empreinte carbone en plantant des arbres. Résultat plus de 1.800.000 arbres plantés en douze ans. Rencontre avec Nicolas Rohr, directeur de l'entreprise implantée à Nantes depuis 2019.

Chez Faguo, le principe a le mérite d’être simple : un vêtement produit, un arbre planté. « Dès que la commande est passée au fournisseur, Faguo passe une commande pour des arbres auprès d’un pépiniériste », explique Nicolas Rohr, fondateur de la marque de vêtements Faguo. Résultat, en 12 ans, depuis la création de la marque en 2009, ce sont plus de 1.800.000 arbres qui ont été plantés dans l’Hexagone (90% des arbres sont plantés en France). Les quelque 300 forêts labellisées Faguo sont accessibles au public, dont une soixantaine en Loire-Atlantique. « Nos forêts poussent à moins d’une heure de chaque ville », se félicite Nicolas Rohr.

Pour compenser l’empreinte carbone de ses produits, Faguo plante des arbres. « Les plantations couvrent tous les types d’arbres. Nous plantons 30 essences différentes (chênes, merisiers, sapins, épicéas…)». La marque s’octroie les services du pépiniériste Naudet, une entreprise familiale « depuis 4 générations qui présente l’avantage de mailler tout le territoire français (particuliers, villes et collectivités locales). Pour chaque région, un architecte des forêts s’assure du respect de l’écosystème. Et nous prenons de plus en plus part à l’agroforesterie, qui consiste à remettre de la flore dans les cultures, remettre des arbres dans les champs pour contribuer à enrichir les sols ».

Le travail de compensation mené par la marque de mode engendre un impact plus que positif.  « Dans sa vie, un arbre va stocker plus de 1000 kgs de CO2 alors que notre produit n’en émet que 4,92 kgs. Autrement dit les arbres que l’on plante, compensent du CO2 au-delà de leur propre impact ». Résultat : la startup a réduit de 51% ses émissions carbone depuis 2010 et ses forêts ont permis de séquestrer 16.640 tonnes de CO2 en 2020. Les arbres ont compensé au moins 6 fois les émissions de carbone de Faguo en 2020. Au total, Faguo peut se féliciter d’afficher une empreinte négative. Un résultat dont elle peut être d’autant plus fière que le domaine de la mode a la réputation d’être un des secteurs les plus polluants. Faguo reverse 2,5% de ses revenus dans la plantation.

Incarner la fair fashion

Dans la lutte contre le dérèglement climatique, l’arbre est le meilleur allié de Faguo. Mais il n’est pas le seul. Car il ne suffit pas de compenser, le défi à relever consiste bien à réduire ses émissions de gaz à effet de serre pour avoir l’empreinte carbone la plus basse possible. C’est l’objectif stratégique que s’est fixé Faguo en devenant la 1ère marque de mode française à devenir « entreprise à mission » en 2020 et entreprise labellisée Bcorp en 2021. « Nous voulons incarner la fair fashion, la mode équitable, juste envers les usines, les salariés, les distributeurs et les consommateurs. Nous voulons être une entreprise à mission qui ne fait pas de compromis entre notre mission et la mode ».

80% de matières recyclées

Au cours des 5 dernières années, la marque Faguo a mené une centaine d’actions pour réduire son empreinte carbone. Résultat un vêtement n’émet plus que 4,92 kgs de CO2 contre 10kgs il y a 10 ans.  En 2020, 80% des vêtements de la marque sont fabriqués à partir de matières recyclées. En guise de transparence, le bilan carbone est indiqué sur chaque vêtement, via un QR code sur l’étiquette du produit. Les vêtements sont acheminés par le train du Transsibérien depuis la Chine, « ce qui permet de réduire de 30% nos émissions de gaz à effet de serre par rapport au bateau ». La marque fabrique aussi au Vietnam et au Portugal.

Situés sur l’Ile de Nantes, les bureaux de Faguo fonctionnent en quasi autonomie. Les besoins en électricité verte sont couverts par Enercoop. Les salariés bénéficient de deux jours de télétravail par semaine. Avec un bilan de 80 tonnes de CO2 rien que pour sa communication numérique, la marque a dû prendre des mesures drastiques sur ce volet. « Tout le monde ignore la pollution numérique qui est énorme. En faisant la chasse aux emails, nous avons réduit de moitié le stockage de nos boites mail et chez nos clients grâce à un tutoriel ». Le futur site internet qui sortira en juin va émettre 40% de CO2 en moins : écocodage, images moins lourdes, hébergement durable.

Des machines à coudre dans les magasins

L’enjeu de la "fair fashion" est de limiter la consommation. « Aujourd’hui, on achète deux fois plus de vêtements que nos parents. Il faut surtout veiller à consommer moins et mieux. Dans les 35 boutiques du groupe, des machines à coudre sont mises à disposition pour réparer ses vêtements, ainsi que des stands de seconde main pour que les gens qui ne veulent plus de Faguo le cèdent à d’autres. On estime que 30% de nos vestiaires sont dormants », affirme Nicolas Rohr.

« Faire de Nantes un pôle d’excellence de la mode durable »

Ses projets pour sa terre d’adoption ? Nicolas Rohr n’en manque pas. « Je formule le vœu de planter une forêt urbaine à Nantes et que le 2 millionième arbre de Faguo soit planté à Nantes. Mon rêve serait de mettre de la végétation dans chaque rue de la ville, notamment sur l’Ile de Nantes, pour entendre davantage chanter les oiseaux ». Engagé avec d’autres entreprises écoresponsables sur le territoire, son ambition est aussi de constituer un pôle d’excellence de la mode écoresponsable sur le territoire. « Les Pays de la Loire concentrent le plus grand nombre d’entreprises de la mode après Paris, la plupart déjà engagées dans cette dynamique écoresponsable. Si d’autres veulent nous rejoindre, elles doivent pouvoir apporter une vraie plus-value environnementale et sociale au territoire, et c’est tout le travail engagé par l’agence de développement économique Nantes Saint-Nazaire Développement », se réjouit le chef d’entreprise. 

En savoir + https://www.faguo-store.com/fr/