Zeste imagine la gourde inox 100 % française depuis Nantes

Il y a la quête du Graal et il y a la quête de la gourde « parfaite » ! Vous l’aurez compris, c’est vers la deuxième que s’est penché Pierre Tucoulat, fondateur de Zeste.

« J’ai constaté que la majorité des gourdes en inox que l’on trouvait sur le marché français étaient en provenance de Chine. Il me semblait important, devant l’engouement des Français pour l’achat de bouteilles non jetables, de créer une gourde made in France, durable et responsable ». Pour savoir s’il était le seul à trouver important de créer une gourde idéale, Pierre Tucoulat a l’idée de lancer, fin 2018, un questionnaire en ligne sur le sujet. « En 4 jours, j’ai reçu les réponses de 500 personnes ! ». Devant cet élan d’intérêt, Pierre Tucoulat décide de se lancer. 


Un projet participatif à toutes les étapes

« J’ai décidé de mobiliser cette communauté de 500 personnes pour imaginer la gourde idéale ». Là encore, les réponses abondent et il en arrive au postulat suivant : « la gourde idéale devrait être d’une capacité de 50 cl, en inox, 100 % made in France, avec le design le plus malin possible, les composants les plus durables possibles, les process de fabrication plus responsables possibles ». Le collaboratif a ensuite fonctionné à chaque étape : le choix du nom, du logo, de la forme de la bouteille, etc. « J’ai toujours tout fait tester et cela m’a permis de mobiliser beaucoup de monde pour ma campagne de crowdfunding en octobre et novembre 2019 ». Avec un résultat encourageant : 2600 bouteilles prévendues en un mois !

Une bouteille 100 % made in France

Si l’épisode Covid vient ralentir un peu le projet, la mobilisation en revanche ne faiblit pas. « Après un premier modèle pas encore tout à fait à 100 % de fabrication française, une deuxième bouteille a été manufacturée en France après une seconde campagne de crowdfunding en janvier 2021 ». Pour le corps de la bouteille en inox, Zeste travaille avec la maison Degrenne, spécialiste des Arts de la table et basée à Vire (Normandie) et les bouchons sont fabriqués dans une entreprise située à une heure de Rennes.

Aujourd’hui, la gourde Zeste est vendue dans plusieurs lieux de distribution, comme le Bon Marché, les Galeries Lafayette, les épiceries vrac et quelques concepts stores. Pierre Tucoulat travaille pour l’instant seul (aidé de stagiaire et d’apprentis), mais il espère embaucher prochainement en CDI entre trois et cinq personnes (profil marketing, business developper).


Une entreprise de l’Économie Sociale et Solidaire (ESS)

« Nous avons fait le choix de valoriser des savoir-faire locaux, de proposer des produits durables, responsables, indispensables. Cette raison d’être est affichée dans nos statuts et nous refusons de fabriquer des objets-gadgets. Nous travaillons en toute transparence sur la production, le sourcing des matériaux, etc. ». Être une entreprise de l’ESS, cela signifie aussi plusieurs choses pour Zeste : « un encadrement strict sur les écarts de rémunération, la réinjection d’une grosse part des bénéfices dans l’entreprise, un travail avec des associations comme Waterfamily qui met en place des actions dans les écoles sur les enjeux de préservation de l’eau… » 

Installé dans l’espace de coworking Madeleine, « Zeste intègre ainsi la communauté des entreprises nantaises de l’ESS, tout en étant entourée de boîtes Tech. À Nantes, il y a un écosystème fort autour du produit, avec de belles réussites comme Rosemood, JHO, Les Mini Mondes, Faguo, Petit Picotin, N'go Shoes… ».


En savoir plus sur Zeste