Pari gagnant pour la startup californienne Vectice et son centre de R&D à Nantes

Un an après leur implantation à Nantes, les fondateurs californiens de la startup Vectice sont satisfaits de leur choix pour ce territoire. Ils décryptent avec nous les différences culturelles et légales qu’il a néanmoins fallu surmonter.

En 2020, Cyril Brignone et Grégory Haardt lancent leur startup sur l’intelligence artificielle aux États-Unis. Leur logiciel de management de projet d’intelligence artificielle (IA) a pour objet de révolutionner la façon dont les équipes de data science s’organisent et collaborent au sein leur entreprise. En parallèle, ils décident de créer un centre de R&D en France et font le choix de le faire à Nantes la même année. Retour sur un parcours parfois semé d’embûches avec un résultat dont ils s'estiment aujourd'hui satisfaits.  


Vous avez créé Vectice sur Nantes en 2020. Comment s’est passée cette implantation ? 

A partir de juin 2020, nous avons commencé à regarder différentes villes en France, dont Paris. Nous avons commencé les démarches pour Nantes en août 2020 et compte tenu de la crise sanitaire, nous n’avons ouvert le bureau qu’en juin 2021. Mais surtout, nous avons ouvert ce bureau sans avoir au préalable mis les pieds en France, puisque nous ne pouvions tout simplement pas voyager vu le contexte. Nous avons effectué toutes les démarches depuis les États-Unis : recrutement des équipes, recherche de bureaux, ouverture d’un compte bancaire…


Il s’agissait de votre 1ère implantation en France. A quelles difficultés avez-vous été confronté ? Quelles questions vous posiez-vous ? 

En 2020, nous venions tout juste de créer Vectice à San Francisco. Il nous a fallu 3 jours pour l’ouvrir aux États-Unis et plus de 3 mois en France. Comme nous n’avions aucune idée de la manière dont on monte une entreprise en France, il a fallu tout apprendre. Aux États-Unis, nous fonctionnons avec le modèle de ressources humaines utilisé par beaucoup de startups et compagnies : pas de compteur vacances, pas de compteur RTT, pas de compteur de jours de maladie, pas d’horaire de travail fixes, tous les salariés au capital de la société, etc…  Les salariés s’organisent comme ils le désirent et prennent les jours de repos ou de vacances dont ils ont besoin. C’est donc très différent du système français. Il a fallu bien nous entourer pour comprendre ce que sont les RTT, les conventions collectives et tout ce qu’il faut mettre en place pour bien respecter les lois françaises du travail. Les règles de comptabilité sont aussi différentes et nous nous sommes entourés d'un expert-comptable spécialisé dans les entreprises étrangères qui s’installent en France et un DAF à temps partagé entre plusieurs startups, basé à Nantes. Il nous a fallu aussi recruter à distance le responsable technique pour piloter la R&D. Les conseils fournis par Business France ont été très précieux, pour l’ouverture du compte bancaire notamment. 

A chaque fois que j’avais une question, je la posais aux agences de développement Nantes Saint-Nazaire Développement et Solutions&co et j’avais une réponse sous 24 heures ! Cela nous a fait gagner un temps fou ! Finalement, ce n’était pas si compliqué, mais il a fallu remplir beaucoup de papiers. Nous avons aussi bénéficié d’une aide de la région Pays de la Loire et de la BPI. Je ne pense pas que nous aurions reçu un tel accompagnement ailleurs en France.  

Si c’était à refaire…

Globalement, nous sommes très satisfaits de notre implantation à Nantes, au Palace. Lors de notre 1ère venue à Nantes en septembre 2021 pour rencontrer l’équipe que nous avions recrutée, nous avons pu profiter du festival de la Nantes Digital Week et avons été bien introduits dans les réseaux. Nantes est une ville qui affiche un beau dynamisme avec beaucoup d’écoles et de formations universitaires (projet avec le laboratoire universitaire LS2N, ndlr), qui compte beaucoup de talents. 

Le plus difficile reste la pénurie de développeurs informatiques qui demeure un sujet. Nous avons adhéré au nouveau dispositif UnjobANantes#tech, lancé en septembre 2021, et avons également souscrit au dispositif Jeune Entreprise Innovante (JEI) qui nous a permis de faire venir quelques personnes à Nantes.


Quels sont vos projets pour 2022 ?

Nous sommes une jeune startup et souhaitons nous concentrer commercialement sur les Etats-Unis pour l’instant avant de nous développer en Europe plus tard. Début 2022 devrait conforter notre dynamisme, avec de nouvelles annonces. Sur 30 personnes, nous sommes actuellement 13 personnes en France et cherchons toujours à recruter de nombreux collaborateurs à Nantes en 2022. Nous sommes à la recherche de profils variés qui font preuve de savoir-être, avec une envie de challenges et de travailler en anglais. Chez nous, tout collaborateur est partie prenante au capital de la société, parce que la valeur de la société, c’est la valeur de ses salariés. 


En savoir plus sur Vectice