Numérique : Shodo impulse son modèle social à Nantes

Deux ans après sa création à Paris, Shodo choisit Nantes pour installer sa première filiale et impulser son modèle social séduisant d’ESN libérée.

Shodo est une Entreprise de Service numérique (ESN) qui conseille, forme et accompagne les organisations dans la réalisation de leurs projets informatiques et l’adoption de nouvelles techniques d’ingénierie. « Notre valeur ajoutée est de faire du développement logiciel dans le respect des règles du Clean Code et du Software Craftsmanship, l’artisanat logiciel en français », explique Adrien Cruchon, cofondateur de Shodo Nantes, aux côtés de Thomas Carpaye, son associé. L’artisanat logiciel, c’est-à-dire ? « Quand l’un de nos membres intervient chez un client, en immersion, il participe au partage des bonnes pratiques de développement permettant l’écriture d’un code propre, évolutif, lisible et maintenable ». Du code dans les règles de l’art en somme.

Shodo, une entreprise libérée qui partage les bénéfices

« La justice sociale est au cœur de notre modèle : nous avons décidé de sortir du schéma où les meilleurs négociateurs sont ceux qui ont toujours les meilleurs salaires et avantages. Nous sommes dans une véritable démarche militante, avec une vision de partage et de transparence ». Ainsi, toutes les rémunérations sont basées sur une grille publiée dans les statuts de l’entreprise, accessible librement sur leur site web. « Une transparence également commerciale puisque nous dévoilons à nos clients la marge réalisée par Shodo lors de chaque mission. Celle-ci est fixe et, une fois atteinte, la totalité de la marge supplémentaire est utilisée pour financer des rémunérations variables, des jours de congés ou de veille supplémentaires pour nos membres ». Shodo prône aussi une transparence de la gouvernance. « Nous avons établi un pacte social où toutes les parties prenantes à l’écosystème sont en mesure d’appréhender les enjeux auxquels est confrontée l’entreprise. Résultat : nous avons un accueil très favorable de la communauté des développeurs. Nous recrutons principalement par candidatures spontanées et cooptations et nous n’avons pas besoin d’investir massivement pour chercher des talents ».

Nantes, territoire exceptionnel pour la Tech

« Nous faisons le choix de la croissance raisonnée », ajoute Jonathan Salmona, président et cofondateur de Shodo. « À Paris, nous avons atteint notre taille critique et nous allons désormais chercher la croissance à travers des filiales. Cette nouvelle aventure nantaise confirme notre volonté de prouver qu’un modèle social et équitable est possible ». Nantes s’est imposée comme une évidence. « C’est un territoire d’accueil et d’opportunités exceptionnel pour les entreprises de la Tech, un savant mix entre cadre de vie et possibilité d’évoluer dans un écosystème numérique très dynamique et toujours en développement », poursuit Adrien Cruchon. Après avoir accueilli ses premiers salariés en septembre 2021, l’équipe nantaise, installée à la Cantine Numérique et forte de 9 membres à ce jour, vise une quinzaine de membres à fin 2022 et une trentaine d’ici fin 2023.

Pour en savoir plus sur Shodo