Nantes et Saint-Nazaire prennent le virage de l’industrie éco-responsable

Entreprises, pôles de compétitivité, instituts de recherches, grandes écoles et université, c'est toute une chaîne d'acteurs qui se met en ordre de bataille pour répondre aux enjeux d'une industrie éco-responsable sur le territoire.

Comment faire pour, demain, produire mieux, plus propre et ensemble en conciliant des enjeux sociaux, sociétaux et environnementaux ? C’est le défi que se sont lancés les industriels de Nantes et Saint-Nazaire en signant en juin dernier le Manifeste de l’industrie éco-responsable. Piloté par le Pôle EMC2, le manifeste compte aujourd’hui 80 signataires (dont ARMOR, Chantiers de l’Atlantique, Europe Technologies, EDF, Manitou Group, Orange, Naval Group, Daher,…), désireux de s’engager dans une transition écologique, énergétique et sociétale.
Grandes entreprises, PME, TPE, structures académiques, réseaux, et collectivités territoriales, tous s’engagent à travers ce manifeste à contribuer à leur niveau à la mise en place d’une démarche éco-responsable dans leur entreprise, « pour une industrie sobre et écologique imposant l’humain au cœur de ses préoccupations, innovante, collaborative et solidaire », selon le manifeste. Un moyen aussi de relancer l’activité économique et de préserver les emplois en conciliant compétitivité et enjeux sociaux, sociétaux et environnementaux.

L'IRT Jules Verne au coeur de la transition vers une économie circulaire

Deux projets pilotés par l'IRT Jules Verne et menés de manière collective viennent ainsi de voir le jour. 
- le projet Zebra (Zero wastE Blade ReseArch – Recherche sur les pales zéro déchet) consiste à concevoir une pale d’éolienne en matériaux composites 100% recyclables. Piloté par l’IRT Jules Verne auprès d’acteurs industriels et de centres de recherche, ce projet vise à accélérer la transition du marché de l’éolien vers une économie circulaire : du développement des matériaux au recyclage des pales d’éoliennes en passant par la fabrication, l’exploitation et leur démantèlement (photo ci-dessus).
- Autre projet, le siège en fibres de carbone biosourcées low-cost, issues de l'économie circulaire qui a été réalisé pour Armel Tripon, skipper de l’Occitane en Provence, et qui sera au départ de la course du Vendée Globe. Cette innovation a été réalisée par l'IRT Jules Verne dans le cadre du projet FORCE, dont l'objectif est de donner naissance à une filière française de production de fibre de carbone économique et biosourcée, à l’horizon 2024. Il rassemble plusieurs acteurs industriels dont Arkema, Plateforme Canoe, le CEA, Les Chantiers de l’Atlantique, Décathlon, Faurecia, l’IRT Jules Verne, Mersen, PSA, Renault, Nippon Electric Glass et Safran.

Des démarches éco-responsables déjà bien engagées

L'industrie éco-responsable, cela consiste aussi à faire évoluer ses pratiques au sein de l'entreprise. C'est déjà le cas chez Airbus ou Saunier-Duval, véritable pionnier de l'éco-responsabilité.

> Chez Airbus : Un projet pour limiter les consommations d’énergie

De son côté, Airbus vient tout juste de mettre en place une méthodologie qui consiste à établir le diagnostic en termes d’impact environnemental d'une ligne de production d'un ou plusieurs produits. Il s'agit aussi de diminuer les consommations d'énergie, d'eau, de produits dangereux et de plastiques dans la fabrication des avions. D'autres propositions portent sur la ré-utilisation de consommables permettant de réduire les déchets ou encore sur la sensibilisation de l'utilisation de certains produits pour limiter les émissions polluantes dans l'atmosphère. Par ailleurs, les données environnementales collectées permettent d'enrichir les outils d'éco-conception qui seront utilisés pour le développement des futurs avions.

> Saunier Duval, pionnier de l’industrie éco-responsable à Nantes

La performance économique n’est pas antinomique avec la démarche d’éco-responsabilité. C’est pour récompenser une démarche d’éco-responsabilité engagée dix ans auparavant que le fabricant nantais de chaudières Saunier Duval s’est vu décerné le label “industrie du futur” en 2017. “Nous n’avons de cesse d’améliorer tous les jours cette démarche qui porte sur les 4 axes de l’écoresponsabilité, explique Eric Yvain, directeur de Saunier Duval. Du côté de l’empreinte carbone, cela nous a ainsi permis de réduire constamment depuis 2007 de 4 à 6% par an notre consommation d’électricité et de gaz et de diviser par 15 notre consommation d’eau. Pour une entreprise, il n’y a pas de démarche RSE sans performance économique ”.

Des lieux-clés pour une industrie éco-responsable 

- le Technocampus Supplychain durable : La gestion des flux associés aux processus industriels (du premier fournisseur au client final) soulève de nombreuses questions en termes de recherche et innovation, de mutualisation des moyens et ressources, de besoins de formations, mais aussi de développement durable et de RSE tout au long de la chaine logistique. Né d’un échange entre les industriels et les collectivités territoriales, le projet régional de Technocampus Supply Chain durable, porté par le Pasca (Pôle Achats Supply Chain Atlantique) est actuellement étudié et pourrait être lancé au cours du premier semestre 2021. L’idée est d’en faire un véritable lieu de rencontres, de recherche et d’innovation pour les industriels, logisticiens et académiques s’appuyant sur des ressources et moyens partagés pour travailler collectivement sur les thématiques à fort enjeu pour la Supply Chain et l’Industrie du Futur.
•  le site du Bas Chantenay à Nantes sera destiné à recevoir des projets nautisme et EMR, dans un bâtiment biosourcé.
•  la plateforme industrielle mutualisée à Saint-Nazaire permettra de développer la propulsion et la fourniture d'énergie vélique et hydrogène pour la construction navale notamment.

Des appels à projets éco-responsables

La démarche vers une industrie éco-responsable donne lieu à une multitude d’appels à projets, de la digitalisation à tout type d’innovation pour un mode de production plus écologique. 
AMI Sea-GRID lancé par l’école centrale, RTE et Enedis a permis en septembre d’identifier 5 projets innovants dans la production d’énergie en mer
Le dispositif Plug in vise à encourager la collaboration entre entreprises de l’industrie et du numérique
AMI Corimer sur des innovations autour de la mer (bateaux intelligents et systèmes autonomes (Smart Ship), Energies et propulsion (Green Ship), chantier intelligent (Smart Yard) et ressources marines (Smart offshore industries)

Des projets de recherche et de nouveaux diplômes à Nantes

La chaire RSE au sein de l’école de management Audencia vise à promouvoir l’intégration des enjeux de la responsabilité sociétale des entreprises dans la stratégie et le business model des entreprises, notamment des PME.
Le nouveau mastère spécialisé « Acteur pour la transition énergétique » (créé en 2019 conjointement par Audencia, Centrale Nantes, Ensa et l’Ecole de Design) vise à accompagner les démarches éco-responsables dans les entreprises. « Les 27 étudiants ont récemment participé à l’animation des ateliers sur l’éco-responsabilité du pôle EMC2 pour faire émerger des idées concrètes. Les compétences hybrides développées dans cette formation peuvent aider les entreprises à transformer les contraintes environnementales en opportunités économiques, explique André Sobczak, titulaire de la Chaire RSE et directeur académique de ce mastère spécialisé. L’un des projets concrets mené par les étudiants en partenariat avec le Crédit Agricole consiste à identifier les offres de financements qui peuvent aider les PME industrielles à investir dans une démarche éco-responsable ».
• L’« Airbus Innovation Lab », inauguré en septembre dernier à l’IMT Atlantique, vise à développer les compétences et technologies du futur dans le secteur aéronautique et spatial.
Master spécialisé dans les matériaux composites à l’Ecole Centrale
Master spécialisé dans les composites biosourcés à l’Ecole Supérieure du Bois
Master sur les énergies marines renouvelables à Centrale Nantes
Master Marine Technology-Hydrodynamics for Ocean Engineering à Centrale Nantes
Master de gestion et d’ingénierie de l’environnement à l’IMT
Capacités, la filiale R&D de l’Université de Nantes : Capacités mène un grand nombre de projets de recherche autour de l’industrie éco-efficiente, la performance des matériaux, le smart manufacturing, l’expérience numérique, etc

Mastère Spécialisé Eco Innovation et Nouvelles Technologies de l'énergie de l'ICAM