Ici, l’industrie du futur, c’est déjà le présent

Réalité augmentée, cobotique, robotique, géolocalisation, outils connectés… Le stade de l’expérimentation de ces technologies de pointe est passé et laisse déjà la place à un usage récurrent chez les industriels de Nantes Saint-Nazaire. Grands donneurs d’ordre, pôles de compétitivité, start-ups, collectivités… le terreau y est fertile pour réussir la 4e révolution industrielle.

Chantiers de l’Atlantique, Airbus, Nantes Saint Nazaire Port, Saunier Duval, Idea… les entreprises qui ont franchi le cap de la 4e révolution industrielle sont nombreuses à Nantes Saint-Nazaire, et ce, quel que soit leur secteur d’activité. Visionnaires, ces entrepreneurs n’hésitent pas à remettre à plat leurs organisations et à implanter de nouvelles technologies, telles l’internet des objets, l’intelligence artificielle, le big data, la réalité augmentée, la réalité virtuelle, les robots autonomes, les cobots. Des technologies qui ont parfois déjà trouvé leur place dans notre quotidien et qui arrivent à un niveau de maturité suffisant pour intégrer le monde de l’industrie. D’autres industriels leur emboîtent le pas.

Des entreprises innovantes au service des industriels

À leurs côtés, on voit éclore des start-ups ou des PME qui apportent leur expertise pointue, et contribuent à l’émergence de ces nouvelles technologies.
- C’est le cas de la toute jeune start-up nantaise InVirtus, incubée à l’École Centrale. Besoin de retrouver un outil égaré dans l’usine ? Ses solutions innovantes de localisation d’objets, aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur du site de production, séduisent déjà de grands noms comme Airbus, Naval Group ou encore Thalès.
– Ou encore de Sogeclair, une société toulousaine implantée à Nantes Saint-Nazaire, qui utilise la réalité augmentée pour faciliter le travail des opérateurs d’Airbus, dans l'objectif de percer certaines pièces de fuselage particulièrement complexes.

Les industriels se fédèrent

Pour entrer de plain-pied dans cette nouvelle ère, les industriels s’épaulent et s’entourent. Le pôle de compétitivité EMC2 rassemble à Nantes pas moins de 380 adhérents autour du projet stratégique Spirit 2025. Son objectif : innover, produire propre, digitaliser l’entreprise tout en valorisant l’humain. Tout un programme !
À Nantes, le Technocampus Composites imagine les procédés composites de demain et, du côté de Saint-Nazaire, le Technocampus Smart Factory (photo) permet de s’approprier les usages industriels de la réalité virtuelle et participe au développement de liens forts entre le digital et le manufacturing.

Des appels à projets pour sauter le pas

Pour aller encore plus loin, les industriels ont la possibilité de bénéficier de dispositifs d’accompagnement pour se lancer dans un projet innovant (BPI, Région, Pôle EMC2, Union européenne, etc.), avec des soutiens financiers, d’infrastructures ou des compétences pointues.

À ne pas négliger non plus, des appels à projets qui permettent d’accélérer les innovations en connectant les industriels aux nouvelles technologies. Le dispositif Accès PME opéré par le Pôle EMC2 concerne les projets réalisés au sein de l’IRT Jules Verne. Il s’adresse aux PME non-membres de l’IRT, qui ont une structure de R&D interne, avec un budget du projet compris entre 50 000 € et 2 millions d’€. Celles-ci peuvent s’appuyer sur l’expertise et le matériel de pointe de l’IRT Jules Verne.

Autre initiative : Plug IN. Piloté par le Pôle EMC2, cet appel à projets vise à favoriser la collaboration entre entreprises de l’industrie et du numérique. Pour y participer, il faut disposer d’un site de production implanté sur le territoire de Nantes Saint-Nazaire et être prêt à s’engager dans une démarche d’open innovation. Après sélection, entreprises du numérique et industriels forment des duos qui s’engagent dans une démarche collaborative. La quatrième édition est en cours.