La filière du réemploi de bouteilles s’étoffe avec Le Fourgon

Le Fourgon remet au goût du jour le concept de la « tournée du laitier ». Installée dans un entrepôt de 800 m2 aux Sorinières, l’entreprise espère atteindre rapidement les 250 000 bouteilles réemployées par mois grâce aux Nantais.

« Mes associés, Maxime Tharin et Stéphane Dessein, et moi sommes tous les trois pères de jeunes enfants et, à ce titre, l’avenir de la planète nous préoccupe. C’est pourquoi, en avril 2021, nous avons relevé le défi de la gestion des déchets en créant Le Fourgon à Lille », relate Charles Christory, co-fondateur. « Nous avons, en effet, constaté que le verre, même recyclé, consomme énormément d’énergie : pour être à nouveau utilisable, il doit être chauffé à très haute température. Un nettoyage et une réutilisation minimisent considérablement la consommation d’énergie  : cela représente 33% d'eau, 79% de CO2 et 76% d'énergie économisés par bouteille réemployée ». C’est pour cette raison que les trois amis ont eu l’idée de reprendre la bonne vieille « tournée du laitier », avec une livraison de bouteilles en verre à domicile, et un système de consignes « sans aucune contrainte pour le client puisque c’est nous qui nous déplaçons jusqu’à lui, plusieurs fois par jour et gratuitement, en véhicule électrique ». 

Un écosystème favorable au circuit court et au réemploi 

Depuis début avril 2022, Le Fourgon livre toute la métropole nantaise, 4 fois par jour du lundi au samedi. « Nous livrons les boissons dans des caisses de douze ou vingt bouteilles selon le format. Pour favoriser les circuits courts, nous proposons un maximum de boissons locales. Pour l’instant, cela représente 50 % de notre offre, mais nous comptons en avoir plus prochainement ». Le client consomme ses jus de fruits, bières, lait, soupes, et replace les bouteilles dans la caisse. Le Fourgon passe les prendre pour les faire nettoyer et les réutiliser. « Ici, l’écosystème du réemploi de bouteilles est intéressant, notamment grâce à l’action de l’association nantaise Bout’à bout qui lave les bouteilles. Par ailleurs, Nantes est une ville qui rassemble de nombreux acteurs de la logistique, où de nombreuses boutiques de vrac ont vu le jour, où le réemploi est un sujet constant. Enfin, Nantes est une ville qui ressemble à Lille dans sa configuration résidentielle, son appétence pour la nouveauté et pour son dynamisme économique. Nous avons le souhait de stimuler l’économie locale en travaillant majoritairement avec des entreprises qui partagent nos valeurs ». 

Une trentaine d’emplois à la clé

Le Fourgon est déjà présent dans six villes de France et ouvre deux autres antennes dans les prochains jours, une à Rennes et une à Amiens. Si celle de Nantes compte pour le moment quatre salariés, Le Fourgon espère relever le pari de dupliquer sa réussite lilloise ici avec, à la clé, la création d’une trentaine d’emplois en un an. 

Pour en savoir plus sur Le Fourgon