Eolien offshore : Inauguration de SEM-REV, site d'essai en mer unique en France

Le premier site français d'essai en mer pour les énergies marines renouvelables (EMR) vient d'être inauguré.

Le premier site français d'essai en mer pour les énergies marines renouvelables (EMR) vient d'être inauguré. Cette zone située au Croisic à proximité du port de Nantes Saint-Nazaire, confirme l'émergence d'une nouvelle filière industrielle en France et l'excellence de Nantes Saint-Nazaire sur cette filière.  

 

"SEM-REV" est son nom de code : SEM-REV pour Site d'Expérimentation en Mer (SEM) pour la Récupération de l'Energie des Vagues (REV). Une vocation initiale qui a depuis été étendue à l'ensemble des énergies marines renouvelables et l'éolien offshore. Opéré conjointement par l'Ecole centrale de Nantes et le CNRS, SEM-REV dispose de tous les équipements en mer et à terre nécessaires aux essais multi-technologies (houlomoteur, éoliennes offshore, éolien flottant...)

 

Site EMR unique en France 

SEM-REV est le premier site d'essai en France. Plusieurs PME et grands groupes sont dans les starting-blocks poury tester leur technologie sur SEM-REV (comme Floatgen de la société Idéol ou le projet GEPS Techno). Au total, on ne compte que six autres sites d'expérimentation dans le monde, dont trois en Europe (Ecosse et Allemagne).

 

Eolien offshore : créations d'emplois en vue

Quelque 1.200 emplois directs seront créés grâce au développement du secteur des Energies marines renouvelables (EMR). Il faut y ajouter 2.000 emplois dans la sous-traitance et 1.000 postes de chercheur. Sans compter la dizaine d'ingénieurs mobilisés sur SEM-REV directement. Pour faire face à un carnet de commandes bien rempli, Alstom multiplie les recrutements à Nantes Saint-Nazaire

 

Un environnement de pointe unique en Europe pour l'éolien offshore

Ce site synthétise l'émergence d'une nouvelle filière industrielle autour des énergies marines. Il se situe à 100 kilomètres du port de Nantes Saint-Nazaire, où sont implantées les entreprises Alstom, STX, le cluster Neopolia et nombre de PME spécialisées dans l'éolien offshoreUn montant de 17 millions d'euros y a été investi, en grande partie par la Région des Pays de la Loire.

Par cet équipement, Nantes Saint-Nazaire se dote d'une offre unique en Europe en termes d'infrastructures d'excellence et de recherche de pointe sur l'éolien offshore, avec ses laboratoires de recherche (IRCCyN, Ecole Centrale de Nantes, Université de Nantes), l'IRT Jules Verne et le Technocampus Océan, l'IFSTTAR, le Centre Industriel de Réalité Virtuelle (CIRV) et le CSTB.