Assurtech : La startup QLARA veut optimiser le suivi du dossier assurances dans les PME

Xavier Lassalle est le fondateur de la startup assurtech Qlara, dont les équipes sont réparties entre Nantes et Saint-Nazaire. Pour lui, la labellisation FrenchTech de Saint-Nazaire va permettre de drainer d'autres projets innovants vers Saint-Nazaire.

Plus de 70 acteurs se mobilisent pour la labellisation #FrenchTech Saint-Nazaire - La Baule. Illustration avec le directeur de Qlara.

Vous lancez la plate-forme digitale Qlara. En quoi s’agit-il d’une innovation sur le marché de l’assurance ?

Après 20 années passées à développer un cabinet d’assurances traditionnel, j’ai dressé un double constat. Les compagnies d’assurances ne vendent jamais par l’intermédiaire de leurs agents ou courtiers que leurs propres solutions et les clients sont insatisfaits à plusieurs titres : manque de visibilité sur leur couverture assurance, sentiment de ne pas maîtriser leur budget, présence de doublons, crainte de carences dans les garanties, manque de temps pour la gestion et le suivi du dossier pour ces chefs d’entreprise qui connaissent les enjeux d’une bonne couverture des risques.


"Grâce à un système d’alertes, le client sera tenu au courant des évolutions de son budget assurances"


Qlara est un nouveau service totalement indépendant et une solution digitale innovante sur l’assurance à destination des entreprises de 5 à 50 salariés. L’accès à cette plate-forme "assurtech" va permettre au chef d’entreprise de mettre de l’intelligence dans le dossier assurance et de gagner en clarté (d’où le nom "Qlara"). Tout en économisant du temps, le chef d’entreprise bénéficiera d’une vision claire, actualisée et d’un suivi optimal de sa couverture assurances. Grâce à un système d’alertes, le client sera tenu au courant des évolutions de son budget assurances, des opportunités d’optimisation, des risques à mettre à jour, etc. Des informations que même un assureur a du mal à traiter aujourd’hui avec suffisamment de réactivité et de pro-activité et qui pourront lui être très utiles. Le dossier assurances doit se gérer tout seul plutôt que d’être dormant. La plateforme recevra un certain nombre d’informations qui lui permettront d’émettre des alertes au moment opportun.
Enfin le projet Qlara vise à faciliter la vie du client, tandis que la plupart des plateformes d’assurances sont tournées vers les différents types de couvertures d’assurances. Le dispositif web sera complété par une équipe de chargés d’affaires qui interviendront dans l’accompagnement des clients avec l’apport d’un service à forte valeur à forte valeur ajoutée. Un véritable tiers de confiance pour décharger les clients du suivi de leur dossier assurance.


"C’est impressionnant de voir que pour la labellisation Frenchtech, 70 chefs d’entreprises ont répondu présents en quelques jours !"


Comment avez-vous été accompagné par les acteurs du territoire nazairien ?

Je suis arrivé à Saint-Nazaire il y a 20 ans et j’ai développé un cabinet d’assurances composé de 5 agences sur la presqu’île et le Sud Loire. Pour l’instant, notre équipe de 4 développeurs informatiques travaille dans un espace de coworking depuis Nantes. Je vais l’étoffer et mettre en place une équipe de chargés d’affaires.

J’ai trouvé à Saint-Nazaire une bonne écoute et un bon accompagnement notamment de la part des équipes en charge du développement économique de la Carene. Elles m’ont facilité entre autres la mise en relation avec les équipes d’Atlanpole, qui accompagnent le projet et avec BPI. Ma fierté serait d’installer l’ensemble de mes équipes à Saint-Nazaire.
Ces 5 dernières années, Saint-Nazaire a beaucoup progressé dans les domaines de l’entrepreneuriat, du digital de l’innovation et des réseaux de chefs d’entreprises. C’est impressionnant de voir que pour la labellisation Frenchtech, 70 chefs d’entreprises ont répondu présents en quelques jours !

A quoi va servir le label FrenchTech pour Saint-Nazaire ?

Certes, la proximité de Nantes est une chance pour Saint-Nazaire, c’est une ville dynamique, tournée vers l’innovation. Mais Nantes peut aussi lui faire de l’ombre. La labellisation FrenchTech va permettre d’accompagner la dynamique en place sur le territoire. L’obtention de ce label va attirer des projets innovants sur le territoire sans pour autant se couper de Nantes.


"Ma fierté serait d’installer l’ensemble de mes équipes à Saint-Nazaire."

Comment voyez-vous Saint-Nazaire dans 5 ans ?

L’attractivité de Saint-Nazaire va beaucoup progresser. L’attrait du bord de mer pour travailler, pour vivre, pratiquer les sports nautiques, le dynamisme, la capacité de la ville à proposer des activités en soirée, les nouvelles offres immobilières, le quartier de la gare et les projets de l’aménagement de la façade littorale … Tout va changer au cours des 5 ans à venir !