Santé du futur : Nantes joue la carte du numérique et de l’alimentation

Nantes Métropole et la CCI Nantes St-Nazaire ont présenté le 7 novembre les nouveaux enjeux stratégiques de la filière "Santé du futur" pour le développement économique de la métropole Nantes Saint-Nazaire.



Startups du territoire, PME innovantes, organismes de protection sociale, acteurs publics (instituts de recherche, CHU, ICO, Agence régionale de Santé, grandes écoles, université), chambres consulaires... Une centaine d’acteurs étaient réunis à l’invitation du cluster santé, piloté par la CCI Nantes St-Nazaire pour la présentation d'une étude stratégique sur les enjeux de la filière "Santé du futur".

Parmi les points forts identifiés par l’étude réalisée par le cabinet de conseil Alcimed, la renommée de Nantes en termes de recherche médicale est « au premier rang européen et même international sur certains domaines d’excellence telles que la transplantation ». A noter également, "une dynamique forte autour de la e-santé" à travers les startups installées dans l’espace du Creative Care Factory. Ainsi que la forte concentration d’entreprises agroalimentaires dans la région des Pays de la Loire. Reste que «malgré un essaimage académique, Nantes a encore du mal à faire émerger des startups dans la santé », pointe le rapporteur de l’étude.

Deux axes de développement stratégique majeurs sont identifiés :

1-    La santé et le digital : Il s’agit à horizon 2025, de consolider et d’approfondir les atouts de Nantes en biotechnologies et de structurer une stratégie en santé numérique autour des données, de l’intelligence artificielle et de la médecine 4P (prédictive, préventive, personnalisée, participative). En matière de développement économique, cette stratégie vise des secteurs porteurs en termes d’emplois autour des métiers du digital, big data, et des nouvelles technologies.
2-    La santé et l’alimentation de demain : L’objectif serait d’explorer et de favoriser l’innovation et les convergences entre santé et alimentation dans les domaines de la qualité et de la sécurité des aliments, la foodtech, la nutrition, la recherche autour du microbiote, la prévention, etc. Ce deuxième axe s’inscrit en lien avec la présence de grandes entreprises de l’agroalimentaire sur le territoire. Elle vise des secteurs porteurs en termes d’emplois à la fois autour du digital (développeur, ingénieur..), mais aussi des métiers en lien avec la qualité et la recherche sur la nutrition et l’alimentation de demain. 

Station S, un bâtiment totem pour la santé du futur

Pour faire de la Santé du futur une « filière stratégique pour le développement économique du territoire, Nantes souhaite se doter, « à l’horizon 2023-2026 », d’un lieu d’innovation en santé, la « Station S », qui n'est pas sans rappeler le bâtiment de Station F à Paris pour le numérique. L’ambition est de doubler d'ici à 10 ans le nombre d’entreprises en santé de plus de 50 emplois sur le territoire et d’installer à Nantes « entre 1 et 3 leaders mondiaux de la santé ». 

Une feuille de route en 5 volets

Plus globalement, la mise en oeuvre de cette stratégie et son déploiement chronologique font l'objet d'une feuille de route, divisée en 5 volets et une vingtaine d'actions, dont la création d'un living lab et d'un data lab, la création d'un observatoire économique de la filière, d'un agenda commun, d'un portail digital et d'un événement annuel fédérateur.