Nantes imagine le commerce en centre-ville de demain

Le commerce en centre-ville de Nantes se porte bien. Pour preuve, une croissance de 1,3 % sur l’année 2017, un taux de vacance des locaux commerciaux de 2,4 %, l’un des plus bas parmi les agglomérations françaises. Loin de se reposer sur ces lauriers, les commerces nantais imaginent des solutions face aux nouveaux modes de consommation.

« Regards croisés pour imaginer l'avenir du commerce de la 6è ville de France ». Le récent colloque sur le commerce en centre ville a rassemblé au cinéma Gaumont, plus de 400 participants, pour la majorité des commerçants. Organisé conjointement par les associations de commerçants Unacod et Plein Centre, aux côtés du club immobilier Cina, il a été l’occasion de s’interroger sur l’avenir du commerce en centre ville.

S’appuyer sur la créativité

Les habitudes de consommation évoluent : la montée en puissance du e-commerce ajoutée aux préoccupations environnementales oblige les acteurs à imaginer d’autres solutions. L’une d’elles se trouverait dans la créativité, annonce Jean Blaise, directeur du projet touristique du Voyage à Nantes, source d’attractivité et de qualité du centre-ville. 

Commerce en centre-ville : des retombées touristiques  

Les chiffres des retombées économiques de la manifestation Voyage à Nantes  ne manquent pas de convaincre, avec une augmentation de 77 % du nombre de nuitées en 6 ans et 55 millions de chiffre d’affaires générés en août et septembre.

"Il est nécessaire de s’appuyer sur l’événementiel comme Le Voyage à Nantes, pour se renouveler ", déclare Jean, créateur de « L’artichaut », galerie café situé en centre-ville.

Pour tous, la culture est un élément fédérateur de la filière commerce. Des passerelles se créent à Nantes entre commerçants et artistes et le « tous ensemble », valeur chère à l’agglomération, prend ici tout son sens.

Favoriser les circuits courts

Tous s’accordent sur l’avenir des circuits-courts, de la gestion du dernier kilomètre. De Géraldine Molina, chercheuse en sciences sociales au CNRS, à Johanna Le Mau, créatrice du concept « Ô bocal », spécialisé dans la vente en vrac de produits alimentaires, en passant par Emmanuel Bonnaud, directeur adjoint logistique urbaine du groupe La Poste, des idées émergent, comme le groupement d’achats entre commerçants du centre-ville, des  entrepôts, relais logistiques, à l’entrée du centre-ville, le partage de stocks…

Commerçants et institutionnels, une mission commune pour le centre-ville

Pour Johanna Rolland, Maire de Nantes et Présidente de Nantes Métropole, la ville de Nantes doit soigner notre singularité. Ramener un côté végétal à la ville, travailler sur la sécurité, la propreté sont autant de priorités destinées à valoriser le centre-ville, pour les élus nantais.

Une singularité qui doit être portée par les commerçants "qui sont les meilleurs ambassadeurs de la ville, le premier relais d’information de son identité et de ses atouts », enchaîne Jean Blaise.

Optimistes sur l’avenir du commerce de proximité, les acteurs nantais se positionnent en ordre de marche vers de nouvelles solutions pour le développement commercial. Ici, c’est déjà demain…

Le commerce de centre-ville en chiffres :
  • 1 600 points de vente
  • 37 000 emplois
  • 490 cafés et restaurants
  • 115 000 m² de surfaces de vente