Evocime : la reconversion professionnelle dans le numérique

Le nom Evocime évoque, non pas l’escalade, mais bien l’ascension professionnelle. C’est ce que promet ce nouveau centre de formation aux métiers du nouveau monde. Il vient de s’installer à la Cantine numérique de Nantes.

En 2017, Evocime a créé à Rennes son activité reconversion sur les métiers du digital en partenariat avec la French Tech, en lançant son premier centre d’ascension professionnelle. « Notre objectif est de créer de nouveaux métiers autour des usages numériques, dans le but de pourvoir des emplois durables, en particulier en direction des femmes, moins présentes dans le digital », explique Julie Mesmeur, responsable du centre nantais. « Notre principe est d’observer l’évolution des nouvelles technologies pour les transformer en pédagogie, puis en nouvelles compétences ». Tout a commencé avec la création de « chef de projet transition numérique durable », puis avec le métier de « E-formateur » suivi de celui de « concepteur de contenus digitaux »... « À l’inverse, nous proposons aux startups notre soutien en formation, nous les mettons en relation avec nos clients pour trouver du business, nous offrons aussi des espaces de démonstration gratuits dans nos locaux, notamment à Paris et à Rennes ».

Rennes, Bordeaux, Paris, Reims, Lorient, Lille… et Nantes

Implanté à Bordeaux, puis à Paris, Reims, Lorient, Lille, Evocime a choisi Nantes pour créer, en décembre 2020, un nouveau centre de reconversion professionnelle. « Il était logique de nous implanter chez nos cousins, sachant que nous avions des demandes pour former des demandeurs d’emploi des Pays de la Loire et pas de réponse à leur apporter ». À court terme, Evocime souhaite poursuivre ses implantations au niveau national, avec un centre par métropole. Le prochain visé sera Lyon. « Nos contenus de formation sont prévus pour être numérisés : déjà deux de nos parcours sont disponibles en 100 % distanciel et ce n’est que le début ! ».

Une promo dédiée au BIM en septembre

« Nous comptons lancer, dès septembre, une promotion de demandeurs d’emploi sur le BIM (coordinateur Bim) avec le partenariat de la société Atlancad sur Nantes, puis enchaîner avec des offres d’alternance de “Digital Seller” (technico-commercial en solutions numériques). Nous travaillons également sur un projet de formation pour répondre aux besoins d’une entreprise de la région qui a un très fort potentiel d’embauche dans les prochaines années et qui n’arrive pas à recruter des profils. Enfin, nous recherchons des financements pour lancer la formation “Concepteur de contenus formatifs”, l’un de nos best-sellers sur toutes les autres régions depuis le confinement ».

La RSE, une évidence pour Evocime

La RSE, Evocime connaît bien ! « Dès 2015, nous avons créé un Mooc sur la RSE. Par ailleurs, nous contribuons, en tant que partenaires, au Breizh Hacking, un concours de startups vertes. Pour nos clients, nous créons des contenus santé et qualité de vie au travail, suivis par exemple, par Intermarché pour leurs salariés. Côté Evocime, 80 % de nos effectifs sont des femmes et nous avons supprimé tous les reportings d’activité, générateurs de pression. Il n’y a pas de réunions budgétaires et tous les managers sont opérationnels, au même titre que les salariés ».

Quatre personnes à Nantes

L’équipe de Nantes sera constituée en septembre de quatre personnes (chargé de formation, community manager et business developer) sous la direction de Julie Mesmeur, responsable de centre. « Nous recrutons des Nantais introduits dans le milieu et dont le profil correspond à notre projet. Le recrutement du/de la chargé(e) de formation va bientôt être lancé. Nos centres sont à ce jour 100 % féminin sur Rennes et Bordeaux. À voir si cela continue sur Nantes ! »

En savoir + : https://www.evocime.com/