E-santé : Hera-MI utilise l’intelligence artificielle, une alliée contre le cancer du sein

Spécialisée dans le développement de solutions basées sur l’intelligence artificielle pour la détection précoce du cancer du sein, la startup nantaise Hera-MI poursuit sa croissance avec l’ouverture de sa filiale aux USA et un déploiement prévu dans trois pays européens. Rencontre avec Sylvie Davila, CEO et fondatrice.

« Dans la mythologie grecque, “Hera” est la déesse protectrice des femmes, tandis que “MI” est la contraction de Medical Imaging », précise Sylvie Davila, CEO et fondatrice. « Ce nom colle exactement à notre credo : mettre l’Intelligence Artificielle au service du diagnostic radiologique du cancer du sein ». Cette doctorante en biologie, également titulaire d’un Executive MBA obtenu à Audencia, a travaillé six ans dans une PME nantaise d’imagerie médicale avant de créer Hera-MI en 2017. Avec douze salariés et cinq recrutements prévus d’ici à la fin de l’année 2020, la start-up quitte désormais sa phase d’amorçage et entame sa phase de « scaling », c’est-à-dire l’accélération de sa croissance.

Faciliter l’aide à la décision

La solution développée, Breast-SlimView, vise à assister les radiologues dans leur diagnostic de détection du cancer du sein. « Ces spécialistes, victimes d’une infobésité exponentielle liée à l’amélioration de l’imagerie médicale, reçoivent de plus en plus d’images et de données à analyser. Notre solution agit grâce à un algorithme breveté de négativation, c’est-à-dire que notre solution passe au crible une énorme quantité de données, puis soustrait de l’image tout ce qui est normal ou bénin pour ne conserver que ce qui est pertinent ». Pour cette solution, Hera-MI est la première et, à ce jour, la seule entreprise en France à avoir obtenu, en février 2020, la certification CE concernant un logiciel d’aide à la décision en mammographie 2D et 3D.

Une levée de fonds prévue de 2 millions d’euros

« Cette certification CE nous ouvre l’accès au marché européen. Nous allons commencer la commercialisation, en 2021, dans trois pays, dont l’Allemagne. Au-delà du continent européen, nous avons créé deux bureaux aux USA, l’un à Indianapolis, l’autre à Houston, dans l’attente d’une certification FDA (Food and Drugs Administration) prévue d’ici fin 2020. Nous avons pu avancer pendant l’épidémie de Covid-19, mais nous avons pris du retard par rapport à ce qui était initialement prévu ».

En France, la commercialisation de Breast-SlimView a démarré en plein milieu de la période de confinement et les installations dans les cabinets de radiologie, ainsi que dans les centres anti-cancer, privés ou publics, ont débuté cet été. « Avec le confinement, les commandes ont été décalées de quelques mois, mais notre levée de fonds de 2019 nous permet d’absorber sereinement ce ralentissement de notre chiffre d’affaires ». Une deuxième levée de fonds de deux millions d’euros est prévue en 2021 pour accélérer son développement en Europe et aux USA.

Des partenariats dynamisants

Depuis ses débuts, Hera-MI, startup emblématique du dynamisme de la filière e-santé nantaise, est accompagnée par Atlanpole et Image & Réseaux et elle est aujourd’hui membre du pôle de compétitivité Atlanpole Biothérapies. Lauréate du Réseau Entreprendre 44, elle a également noué un partenariat avec l’Institut de Cancérologie de l’Ouest.

Elle a, par ailleurs, bénéficié d’aides de la BPI et de la Région. « Chacun de ces acteurs du territoire aide, à différentes étapes de la vie d’une start-up, à dynamiser le secteur de la e-santé en accompagnant les entreprises en création ». Hébergée pour le moment par l’Incubateur Centrale Audencia Ensa, l’équipe est en recherche active de nouveaux locaux.