5 entreprises de l’économie sociale et solidaire (ESS) apportent leurs solutions pour une économie circulaire à Nantes

Reconditionnement de parcs informatiques, écoconstruction solidaire, sensibilisation à la transition écologique, recyclage de biodéchets, mise à disposition d’emballages durables pour les salariés … découvrez ces 5 entreprises nantaises qui proposent des services écoresponsables aux entreprises et créent de l’emploi pour un monde plus durable à Nantes.



AfB France reconditionne le matériel informatique et crée de l’emploi pour les personnes en situation de handicap 

Implanté depuis 5 ans à Nantes, AfB France (SAS à but non lucratif, créé en Allemagne en 2004) est un pionnier en matière d’économie sociale et solidaire. « Notre métier est le reconditionnement de parcs informatiques professionnels », explique Pierre Fremiot, directeur de l’antenne nantaise. AfB France rachète et vient collecter les équipements (PC, tablettes, téléphones, serveurs, imprimantes…) jugés obsolètes directement dans les entreprises, puis efface les données et met à jour le matériel afin qu’il soit revendu à des prix très abordables dans le magasin situé à la Beaujoire (près du Castorama) ou sur internet aux particuliers, associations, professions libérales, TPE, startups. « Nous nous attachons ainsi à réduire la fracture numérique en fournissant aussi des populations plus éloignées du numérique, comme cela a été le cas pendant le confinement en équipant des collégiens sur la région nantaise à la demande de Nantes métropole ».

Avec 23 collaborateurs sur Nantes, dont 75% en situation de handicap, AfB France met un point d’honneur à créer de l’emploi pour ces personnes parfois éloignées de l’emploi. Des entreprises locales très engagées en termes de RSE comme Keran ou IDEA sont de fidèles clients d’AfB France, tant pour le reconditionnement que pour l’achat de matériel de seconde main. De même que le reconditionnement du parc informatique de Orange France. Ce ne sont pas moins de 150.000 postes qui sont reconditionnés au total par AfB Group chaque année en France, et tous ont fait l’objet d’un contrôle sur 150 points, bénéficient d’une garantie d’un an et d’une licence Microsoft. « La loi AGEC contraint aujourd’hui les collectivités publiques à acheter 20% de leur parc informatique en reconditionné, et malgré tout, beaucoup ne connaissent pas encore notre entreprise ».  Une nouvelle boutique sera inaugurée en septembre au Solilab sur l’île de Nantes. 

Découvrir AfB France



Echobat crée des passerelles entre l’écoconstruction solidaire et l’insertion

Construire avec un faible impact environnemental et un fort impact social. C’est la mission que s’est fixé Echobat, ce réseau de professionnels de l’écoconstruction solidaire, né à Ancenis (44) et basé au Solilab. « Nous animons et formons les professionnels du bâtiment (architectes, maîtres d’œuvre, entreprises, artisans…) pour les amener à développer des chantiers communs avec les métiers de l’insertion. Nous sommes également le guichet d’entrée pour un projet de construction où nous allons proposer une offre la plus complète possible en écoconstruction solidaire, tant pour les particuliers que des bailleurs, promoteurs, collectivités, etc », explique Maxime Daniau, chargé d’animation de l’antenne régionale. Utilisation de matériaux biosourcés, réemploi, gestion des déchets de chantier, emploi de personnels en réinsertion…

Echobat aide les professionnels du bâtiment à monter en compétences grâce à son organisme de formation. « Nos adhérents veulent aller vers de meilleures pratiques, dans le réemploi de matériaux issus de démolition réutilisés en rénovation, comme dans l’emploi des personnes ». Avec ses 10 salariés et plus de 300 adhérents, Echobat se développe aujourd’hui sur une grande partie de l’ouest de la France jusqu’à l’Ile de France. « La demande explose chez les collectivités et les bailleurs sociaux en raison de la réglementation environnementale 2020 qui oblige à mesurer et limiter son impact carbone ». 


Découvrir Echobat



Oasis Environnement sensibilise à l’économie circulaire

Alors qu’il était encore directeur financier en entreprise, Cédric Henrat, fondateur d’Oasis Environnement, fait le constat qu’il est compliqué de recycler ou réemployer ses déchets quand on est une entreprise notamment en circuit court et encore plus quand on veut réduire les déchets. Selon l'ADEME, un salarié produit en moyenne 130 kg de déchets par an et seulement 30% sont recyclés et le coût est de 250€ par salarié et par an pour l’entreprise. Et pourtant plus de 80% des salariés souhaiteraient réduire et mieux trier les déchets au travail. En 2016, il décide de créer Oasis Environnement, et bénéficie d’un accompagnement par l’incubateur des Ecossolies.

L’objectif d’Oasis Environnement est d’accompagner les entreprises nantaises et leurs salariés dans des solutions zéro déchets et dans la transition écologique pour une économie circulaire. Il met en relation les entreprises et plus d'une quarantaine de structures nantaises notamment de l'ESS (chantier d'insertion Arbre, ESAT, etc), qui récupèrent et valorisent les déchets soit pour les recycler ou le réemploi. En parallèle, Oasis Environnement intervient pour sensibiliser les salariés au tri et à la réduction des déchets, à travers des animations et des "serious game" développés par l’association autour des thématiques déchets de bureau ou pollution numérique, transition écologique et économie circulaire. 

Oasis Environnement organise actuellement le premier grand défi des entreprises avec pour objectif de réduire de 20% les déchets en 5 mois. 

Découvrir Oasis Environnement


Reflex recycle vos biodéchets 

Invendus alimentaires, préparations et restes de repas, végétaux fanés, et aussi ce précieux marc de café dans vos bureaux… En respect de la loi AGEC (loi anti-gaspillage pour une économie circulaire), les entreprises devront, d’ici au 31 décembre 2023, organiser le tri systématique de tous leurs biodéchets alimentaires et organiques. Acteur historique de la valorisation locale des biodéchets, la coopérative Compost in Situ Nantes est déjà à pied d’œuvre à Nantes depuis 2014. Le groupement Reflex, co-fondé par Compost In Situ Nantes, vient compléter le chaînon manquant. Reflex aide les acteurs économiques à donner du sens à ces nouvelles obligations réglementaires. « En plus de la valorisation des bioressources – nous préférons ce terme à biodéchets -, menée de longue date par Compostri et Compost in Situ Nantes, nous venons apporter une brique supplémentaire avec Le Zeste en Plus en mettant en place des ateliers d’animation et de formation pour les professionnels et le grand public, par exemple des ateliers culinaires à partir de fanes de radis ou de carottes. Il est important de donner du sens aux actions d’anti-gaspillage et de tri pour que chaque personne impliquée comprenne ce cercle vertueux et l’importance de son geste de tri », explique Renate Schäfer, directrice du projet de Reflex qui rassemble une trentaine de collaborateurs.

Les 12 commerces de la gare SNCF de Nantes ont ainsi été sensibilisés au fait que leurs restes alimentaires allaient nourrir les terres des huit agriculteurs locaux associés à la coopérative Compost In Situ Nantes. De la même façon, la galerie commerciale Atlantis avec son hypermarché et ses 34 restaurants valorise déjà ses restes alimentaires avec Compost In Situ Nantes. Reflex intervient auprès de tout type d’organisation, des commerces alimentaires à la restauration collective et commerciale, en passant par les collectivités bailleurs sociaux, et les organisateurs d’événements professionnels. En coopération avec les bailleurs sociaux, Environnements Solidaires et Compostri, Reflex organise par ailleurs le compostage et le jardinage partagés en pied d’immeuble, dans le but d’améliorer le cadre de vie des résidents et de recréer du lien. « Notre promesse chez Reflex, c’est de nourrir les sols et les personnes » conclut Renate Schäfer.


Découvrir Reflex 




« Les boites nomades » s’attaque aux emballages jetables de la vente à emporter 

Saviez-vous que pas moins de 180.000 tonnes d’emballages jetables par an, soit 450 boites qui sont jetées par seconde en France ! C’est pour mettre fin à cet engrenage de déchets que Typhenn Leplay s’est lancée dans l’aventure des Boites nomades, et propose aux restaurants, traiteurs et entreprises, « des boites consignées en verre de 3 formats différents et bientôt des boîtes pour les pizzas pour manger de manière responsable ». Le principe est simple : vous utilisez une boite pour votre repas et vous la rapportez dans n’importe quel autre restaurant partenaire à Nantes. « Nous pouvons également mettre à disposition des boites propres dans des entreprises soucieuses de leur impact, qui seront utilisées par les salariés lorsqu’ils iront chercher à manger. Nous viendrons récupérer ces boites par la suite », explique Typhenn Leplay.

Côté logistique, Les Coursiers Nantais récupèrent les boites dans les différents restaurants partenaires puis les remettent en service. Une récente opération de crowdfunding va d'ici peu permettre d’y associer les livreurs de Naofood pour la livraison à domicile. Les boites nomades font partie du collectif IMPEC qui rassemble ce type d’initiatives à l’échelle nationale. L’initiative s’adresse aussi aux traiteurs, et autres métiers de bouche. 

Découvrir les boites nomades